Portrait d’ancien : Jean-Baptiste Bouché

Jean-Baptiste Bouche

En quelques mots

Jean-Baptiste Bouché, Président d’Interface SPTJC (2012)

.
• Promo Sciences Po Toulouse 2013
• Master Conseil et Expertise de l’Action Publique (CEAP)
• Mastère Spécialisé Innovation & Transformation (Ecole Centrale Paris)
• Actuellement Coordinateur de Projet Stratégique chez BforBank (Paris)

hhh

Témoignage

« Contrairement à la plupart des étudiants de Sciences Po Toulouse, je suis arrivé à l’IEP directement en 4ème année, en 2011, après avoir obtenu deux diplômes en Journalisme et en Histoire. J’intègre le Master Expertise de la Décision Publique alors que j’avais demandé les Relations Internationales ; curieux, j’ai accepté ce cursus. Le début d’année me surprend, mais j’apprécie que l’on nous laisse du temps pour nous investir dans des activités extra-scolaires.

Les premiers jours passent, et un camarade de promotion m’apprend qu’une réunion d’information est organisée par la Junior-Entreprise de l’IEP. A ce moment, je ne sais même pas ce que c’est ; c’est encore par curiosité que je l’accompagne. C’est le départ. Convaincu, j’intègre quelques semaines après Interface en tant que Chargé de Mission au pôle CAPE (Conseil en affaires publiques et européennes). A l’époque j’ai un profil 100% étudiant avec, donc, très peu d’expérience professionnelle… Mais la Junior me convertit très vite à l’apprentissage par l’expérience ; ce « learning by doing » est depuis l’une de mes valeurs cardinales.

Ecouter, comprendre, proposer un plan d’action, sont les premières choses que l’on doit apprendre à faire

Les premiers rendez-vous prospects arrivent et j’y prends très vite goût. Ecouter, comprendre, proposer un plan d’action, sont les premières choses que l’on doit apprendre à faire. Une mission – relativement importante pour la toute jeune Junior – est signée (nous sommes deux chargés de mission sur celle-ci), et  je me dis que je veux aller plus loin. Le déclic vient notamment après le Congrès Régional d’Automne qui se tient tous les ans au mois d’octobre et réunit l’ensemble des Junior-Entreprises du Sud-Ouest pour deux jours d’échanges, de formations… Et une grosse soirée. Des junior-entrepreneurs d’écoles et villes totalement différentes sont tous rassemblés là, créant une forte émulation collective… C’est fantastique toute cette énergie !

Président… Oui, pourquoi pas ?

Ma motivation ne doit pas passer inaperçue car peu après le Congrès, le Bureau en place me suggère de réfléchir à la possibilité de candidater à la présidence 2012 d’Interface. Je ferais un « bon président », d’après eux. Président… Oui, pourquoi pas ?

Après une « campagne » éclair auprès d’une équipe composée d’étudiants qui se connaissent depuis trois ans, en Janvier, je reprends les rennes d’Interface Sciences Po Toulouse Junior Conseil, pour le second mandat de sa courte histoire.

Un an en Junior-Entreprise, c’est intense. Pour ma part, cela reste l’une de mes meilleures expériences. Ce statut hybride étudiant/entrepreneur en herbe est unique, et permet de prendre une maturité proportionnelle à son investissement dans l’aventure !

En débarquant à Sciences Po Toulouse, je ne connais pas grand-chose du monde professionnel et encore moins de celui des Junior-Entreprises. J’étais un « pur étudiant », qui n’avait pas même fait de stage. Ce qui était génial, c’était d’être confronté, en équipe mais aussi individuellement, à de véritables clients, problèmes, budgets, plans, résultats… Regarder comment fonctionnent les autres JE, se renseigner auprès de la CNJE, mais aussi être rigoureux, créatif, motivé, lucide… L’expérience Junior, c’est l’expérience du monde professionnel, voire de l’entrepreneuriat, avant l’heure !

Si certaines missions se passent à merveille, des magnifiques erreurs, nous en avons faites aussi

Si certaines missions se passent à merveille, des magnifiques erreurs, nous en avons faites aussi. Mais c’est comme ça que l’on avance. Try, fail, learn, success. C’est seulement face à ses résultats, propres et collectifs, que l’on se rend compte de ses forces et de ses défauts ; et ainsi qu’on peut progresser.

Cette année en JE, quoi qu’il en soit, a marqué mon parcours d’étudiant – j’ai toujours mon diplôme de Junior-Entrepreneur accroché sur mon mur dans ma chambre -. Et le Challenge « Juniors partenaires » de la CNJE remporté le 1er décembre 2012 au Congrès National d’Hiver. Un moment incroyable ! Nous recevons ce prix avec notre partenaire N7 Consulting, la JE de l’école d’ingénieur ENSEEIHT situé au centre-ville de Toulouse également, et c’est une très grande fierté, que nous fêtons également avec les équipes restées à Toulouse.

Cette expérience me plaît d’ailleurs tellement que je décide de la prolonger un peu. A l’issue de mon mandat, je passe le diplôme d’Auditeur pour pouvoir évaluer les Junior-Entreprises (les fameux « Audits » annuels organisés par la CNJE), valider leur appartenance au mouvement, et leur apporter des conseils.

Que m’a apporté la JE ?

Beaucoup, tant au niveau personnel que professionnel. Interface m’a amené à infléchir mes projets.  Je suis entré à Sciences Po Toulouse avec un plan de carrière relativement défini : je voulais travailler dans l’audit public, par exemple dans une Chambre Régionale des Comptes. Puis est arrivée une mission pour un expert-comptable de Carcassonne qui a agi comme un déclic. Face aux réticences du client à modifier sa stratégie, je me suis rendu compte que l’« innovation » était un domaine dans lequel je voulais me spécialiser, tant au niveau des entreprises que des politiques publiques. Pour vague qu’il est, ce domaine est en extension permanente (il suffit de voir le chiffre de ses occurrences dans la presse et les discours depuis quatre ans).

le fait d’avoir réalisé de nombreux rendez-vous clients  m’a beaucoup aidé

Par la suite, j’ai obtenu un stage chez Oséo SA (aujourd’hui BPI France), où mon expérience en Junior-Entreprise a beaucoup joué. Nous avons de nombreux arguments en notre faveur : en tant que Président (mais comme à tous les postes), j’avais dû apprendre à travailler efficacement et acquérir des réflexes professionnels. D’autre part, le fait d’avoir réalisé de nombreux rendez-vous clients  m’a beaucoup aidé : lors de l’entretien, c’était la même logique, mis à part que ce n’est pas une mission mais ma candidature qui était en jeu.

Ce stage, qui m’a vacciné de l’envie de travailler pour de grosses structures traitant d’innovation, m’a servi de passerelle supplémentaire pour intégrer le Mastère Spécialisé Innovation & Transformation à l’Ecole Centrale Paris (l’innovation ne se décrète pas, elle s’apprend).

C’est une certitude : l’expérience Junior-Entreprise, si l’on s’y implique réellement, est  le meilleur des tests pour vérifier, puis modifier, son plan de début de carrière. Nous sommes nombreux à y avoir puisé de nouvelles ambitions, de nouveaux intérêts et surtout, à y avoir été piqué par le virus des start-ups et de l’entreprenariat !

le 1er avril, j’intégrais en CDI l’entreprise BforBank en tant que Coordinateur de Projet Stratégique

J’ai été diplômé le 20 mars 2014 du Mastère Spécialisé, et le 1er avril, j’intégrais en CDI l’entreprise BforBank en tant que Coordinateur de Projet Stratégique.

Lors de mon année à Centrale, j’ai participé – en équipe – à de nombreux Challenges Innovation ; notamment pour Bouygues Construction, Microsoft ou BforBank ; c’est en remportant ce dernier que l’opportunité du poste est apparue. Mais l’argument qui a convaincu ma – future, alors – Directrice, c’est l’expérience Junior : la gestion d’équipe, de budget, la gestion de projet, la communication (interne), la vision systémique étaient déterminante pour décrocher le poste.

Quant à mes projets pour l’avenir… L’envie de monter ma propre start-up m’a animé depuis le milieu de mon mandat chez Interface. Elle a augmenté lorsque je suis monté à Paris : les évènements, concours, hackatons, incubateurs, startupers sont partout ! Mon premier projet d’entreprise est en train de se concrétiser pour la fin de l’année. Comme quoi, voilà jusqu’où peut mener une expérience Junior, même lorsqu’on y rentre en tant que « pur étudiant » ! »

Camille Klein
Camille

Responsable Communication